Mon rapport à la Nature : ce qu’elle a changé dans ma vie

Par 16 septembre 2017S'inspirer
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

nature

Cet article participe à un carnaval d’articles inter-blogueurs ayant pour thème : “ Mon rapport à la Nature : ce qu’elle a changé dans ma vie. ” organisé par Adrien du blog posenature (blog sur la photographie de la Nature à voir absolument).

La Nature : l’inspiration suprême

Le sujet mériterait une série de livres à plusieurs tomes et le challenge ici, est de regrouper tout cela en quelques paragraphes. Je vous propose alors, d’insérer ici les principales valeurs que la Nature m’apporte, dès l’enfance.

La Nature aspire à la joie

J’ai appris à tourner mon regard vers elle très jeune, ayant la chance d’avoir une mère faisant partie d’une famille d’agriculteurs et de fermiers. Les odeurs de foin, de forêt, les arrêts sur image lorsqu’un papillon éclot de sa chrysalide, les têtards dans la marre, tout est sujet à la découverte extraordinaire du monde qui m’entoure. La nature aspire à la joie, la joie de vivre, la joie de courir, de rire, de voir, d’entendre et de sentir.

La joie 🙂

Récemment je suis tombée sur cette citation de Doris Lessing :

« La santé mentale repose sur ce postulat : que ce doit être un plaisir de sentir la chaleur frapper la peau, un plaisir de se tenir debout, en sachant que les os bougent avec aisance sous la chair. »

Waouw, c’est bien ça de ce dont nous parlons. La Nature, c’est l’élégance d’une betterave rouge vif qui pousse dans une terre noire et boueuse. Ce sont nos cheveux qui poussent sans que l’on doive y penser. La Nature est extraordinaire à vivre et à entendre aussi ; toutes les découvertes scientifiques à son propos sont bluffantes.

La Nature aspire au retour des sens

Adolescente, c’est différemment que la nature se révèle à moi. C’est une nature enveloppante, un refuge où mes peines et mon esprit tourmenté font l’objet de soins. C’est une période de mise à l’épreuve où conflits, séparations, tristesse, impuissance sont présents. Mes échappatoires sont les sorties et … la Nature.

Les sens

Ici, ce sont les marches apaisantes à travers les bois, les « assises » calmes aux pieds des arbres, les siestes dans les prairies à regarder le ciel, à me sentir bien. Loin du tumulte, quelque chose de beau se dévoile : tout évolue. Le temps passe et toute chose se transforme, comme lorsque l’on peint un tableau. Rien n’est figé, rien n’est permanent, la glace fond tôt ou tard. C’est une loi universelle et porteuse d’espoir dans les heures sombres.

Toute la différence est là : Il y a le « savoir » avec la tête et puis il y a le « sentir » avec son ventre. La Nature est le meilleur ami de l’humain pour retrouver ses sens. Sens, malheureusement mis au placard lorsque des mots comme « production », « marketing », « bétons », « heures supp’ » et « café » prennent toute la place.

La Nature aspire à l’abondance

La Nature telle que je la conçois est bienveillante. Oui, pourtant on pourrait dire le contraire. Les producteurs des documentaires animaliers nous montrent souvent de la violence (tout se fait manger par tout), du gaspillage (plein d’œufs de tortues dévorés ou perdus pour quelques survivantes) et j’en passe. Mais tout tourne. Tout est cadré magnifiquement bien. La conception d’une plante, la communication entre insectes, les cycles, les expressions, les odeurs, les couleurs, les mouvements, les cris, les souffles, les craquements. La Nature se révèle sous un nombre de formes infini, de quoi poser genou à terre. 

La nature est créative

Les moments de Grâce 

Le courant d’une rivière dans la nuit étoilée, les craquements d’un feu de bois, le premier rayon de soleil chauffant le visage après l’hiver, les champs à perte de vue sous un beau ciel bleu, la mer du nord et son vent iodé, la mer du sud et son eau transparente, l’apparition d’une étoile filante, les fumées et odeurs d’une foret après la pluie … Ces moments où chacune de mes cellules se transforment en un immense ;

merciC’est la gratitude.

 

Vous avez aimé l’article ? Chouette ! Partagez-le pour le faire circuuuler 🙂

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 Comments

  • Wahou j’en ai des frissons tellement je partage tes ressentis! J’espère que tu avances dans ton projet de peinture tout en t’épanouissant.. J’ai vraiment hâte de voir tes avancées : la création artistique m’a toujours attirée, interpellée, émerveillée, subjuguée, interrogée, bouleversée…
    Pensées bienveillantes
    Christelle.

  • Serena Carniel dit :

    Oooh quel plaisir de te lire 🙂
    Oui, j’avance en m’épanouissant, ça fait du bien de peindre!!
    Cinq toiles sont désormais accrochées au mur et j’ai hâte de reprendre bientôt.
    Je me suis malencontreusement fait une entorse à la cheville et peindre avec la douleur, ce n’est pas terrible. Donc, j’attends encore un peu 🙂
    Félicitation pour ton ” autel d’automne “, il donne super envie d’aller se balader en forêt 🙂

    Amicalement,
    Serena

  • Papa dit :

    Merci pour cet article frais et vrais ! La nature est un cadeau qui nous rend plus humain

  • Serena Carniel dit :

    Merci pour ton commentaire “Papa” 🙂

  • coco dit :

    Les articles sont sympas, juste un petit bémol ! et les hommes alors !!! La créativité et la relation à la nature sont tellement liées ! Belle démarche.

    COCO

    • Serena Carniel dit :

      Salut Coco, merci pour le commentaire ! et comme disait Y : ” On a tous une part de féminité et de masculin en nous ” 😉

Donnez un commentaire